Un weekend à l'humide, le temps d'aider deux très bons amis pour une tressage party :

Jean Philippe Teyssier et Fanny Anthoine Milhomme participent à la manifestation Imaginez Maintenant à Amiens. Le festival aura lieu du 1er au 4 juillet sur le site fantastique des Hortillonnages : un espace constitué de petites îles, utilisées pour le maraîchage, la chasse ou le loisir. Ici on se déplace en barque ou en barge, dans un décor humide et labyrinthique. Pluie et soleil font le bonheur des plantes. "Ici, le problème c'est que tout pousse trop vite" nous dit Francis, maraîcher des Hortillonnages. La terre est noire, très riche et humide.

Sur une des parcelles les plus emblématique des lieux, Jean Philippe et Fanny ont pour projet la création d'une pépinière de saules, de carex, et de plantes hélophytes (végétaux se développant dans des milieux gorgés d'eau), constituant des matériaux vivants utilisables pour le maintient des berges.

Jean Philippe et Fanny ont une préoccupation certaine pour le lieu. Comment donner un sens nouveau à cette parcelle, qui est une ancienne surface maraichère ?

"Nous avons pensé que ce lieu devait être plus qu'un jardin, qu'il devait aussi garder une dimension utile, entre pédagogie et production" nous confie Jean Philippe. "Ici, nous avons planté une collection de saules que nous allons tailler en têtard, c'est à dire que l'on supprime le haut du tronc et on rabat au ras les branches adjacentes. L'année d'après, on aura une sorte de bouquet de jeunes tiges souple (l'osier), que l'on taillera à nouveau."

"Pour les haies tressées, nous avons adoptées différentes techniques afin de montrer la diversité des possibilités. Et puis, comme c'est aussi une première pour nous, cela nous permet de tester différentes options, de les comparer. C'est un travail minutieux, comme du tricot, il faut bien faire attention à ne pas trop plier les boutures de saule sinon elles se cassent".

"Sur cette parcelle là en face, les propriétaires ont mis des planches pour maintenir les berges, c'est une technique efficace mais qui limite toute communication écologique entre l'eau et la terre. Ce qui nous intéresse ici, c'est la biodiversité que l'on rencontre dans les berges que l'on voit là, laissées à l'abandon. Ce sont des berges vivantes ! C'est un refuge pour les canards, les poissons et les végétaux. Avec la pépinière, nous allons expérimenter d'autres techniques de maintient des berges, en s'inspirant de ces berges vivantes et en utilisant essentiellement le végétal. Nous avons différentes hypothèses, en essayant à chaque fois d'être le plus simple possible, pour que cela puisse un jour servir sur d'autres parcelles."

Jean Philippe et Fanny, j'attends vos conclusions avec impatience !

http://www.imaginezmaintenant.com/fr-amiens/profil/fanny-anthoine-milhomme/

http://www.imaginezmaintenant.com/fr-amiens/profil/jean-philippe-teyssier/